Le peuple le plus féru de sport des Amériques

Le Brésil peut être classé, à juste titre, de pays favorisant l’éclosion du sport.

Des sports, dirons-nous ! Car il serait très réducteur de se limiter à un seul sport vedette : les Brésiliens pratiquent en masse toutes sortes de sports et vont chaleureusement soutenir et applaudir leurs champions dans les stades, sur les plages ou les circuits. Mais, on ne peut le nier, il en est évidemment un qui enfièvre en priorité le pays tout entier, des favelas les plus miséreuses aux propriétés les plus somptueuses.

 Découvrez les sports les plus populaires du Brésil

« O país do futebol »

L’histoire récente du Brésil est intimement liée à ce sport importé à la fin du XIXe siècle par les Britanniques. Le football est devenu immensément populaire dans ce vaste pays dès les années trente grâce aux rivalités entre les plus grands clubs, et l’organisation des premières Coupes du Monde où le Brésil sera qualifié pour chaque édition, un record !

Autre record : celui des victoires en Coupe du Monde : 5. Avec des joueurs devenus vedettes planétaires comme Sócrates, Zico, Ronaldo, sans oublier l’incontournable roi Pelé, le pays est devenu le synonyme vivant de ce sport numéro un au Monde.

Le football au Brésil est une sorte de religion païenne qui engendre des passions pouvant allègrement dépasser les limites de la raison humaine. Lors des grands matchs, le pays s’arrête et vit fiévreusement la rencontre, que ce soit devant les postes de télévisions pour les rencontres internationales, ou bien dans les stades mythiques comme le Maracanã de Rio ou le Morumbi de São Paulo, où la fête atteint des niveaux inégalés de par le Monde.

Kite et surf à l’assaut du littoral brésilien

Le surf, et dans sa foulée le kite surf, font partie des sports majeurs au Brésil, après le football, de par le nombre de pratiquants. Avec un rivage côtier se déroulant sur plusieurs milliers de kilomètres de l’extrême nord au sud lointain, le pays offre des possibilités diverses et variés aux amateurs, qu’ils soient Brésiliens… ou bien touristes.
Le surf (venu des Etats-Unis) s’est initialement implanté sur les plages de Rio, mais les pratiquants toujours en recherche de spots inédits ont vite découvert des endroits paradisiaques où développer leur adresse sur la planche.
Le kite surf (venu de France) est beaucoup plus récent et quasiment limité aux plages du Nordeste. Mais ces spots sont tellement vastes et bénis des dieux des vents que le plaisir à se faire transporter par les alizés y est infini. Apprenez en plus sur la page dédiée aux sports d’eau au Brésil.

Volley… et beach volley

Grâce à ses nombreux succès dans les plus grandes compétitions internationales, le volley ball est un des sports d’équipe les plus populaires au Brésil. Multi championne du monde, triple vainqueur aux Jeux Olympiques, « l’autre » Seleção n’est pas loin d’égaler en popularité sa sœur aînée du football.

Même s’il n’y est pas né, le beach volley ne pouvait que trouver un énorme écho dans ce pays bordé aux trois quarts par des plages aussi vastes que belles. Ses compétitions sont suivies avec ferveur et sa pratique, facile et peu onéreuse, est ultra répandue. Il est à noter qu’au Brésil, les plages sont autant de lieux de farniente que de dépenses physiques puisqu’on y joue au foot, au volley et qu’on y surfe. Si vous voulez en savoir plus rendez vous sur la page consacrée au Volley et Beach volley au Brésil!

La Capoiera, entre art martial et danse

En marge de tous les précédents cités, il est un sport au Brésil qui n’est pas représenté en compétition mais qui compte énormément d’adeptes, et qui a largement débordé hors des frontières du pays.
Sport, ou art, extrêmement populaire et pratiqué dans les rues des grandes villes, la Capoeira est une survivance des techniques de combat et de danses venues d’Afrique au temps des esclaves. Naturellement interdite par les anciens colons, cette pratique de lutte fut déguisée en danse folklorique pour pouvoir se développer dans tout le pays. Ce qui explique l’accompagnement musical constitué de percussions et du célèbre berimbau, instrument rudimentaire à corde métallique.
La Capoeira demeure malgré tout un rituel d’affrontement et sa violence peut parfois dérouter. Mais sa puissance de représentation via des figures acrobatiques sur fond de musique envoûtante en fait une des attractions à voir au Brésil.

Furies mécaniques

Outre le football, un sport possède au Brésil ses légendes immortelles adulées par des publics surchauffés : la Formule 1. La passion pour la catégorie reine du sport automobile est assez récente puisqu’elle remonte au tout début des années soixante-dix. Elle fit prendre conscience au pays qu’il pouvait briller sur la scène internationale par le vecteur d’une discipline technologique ne s’adressant a priori pas aux pays dits « émergents ».
Le Brésil a fourni au monde des sports mécaniques certains des plus grands champions de Formule 1, à commencer par Fittipaldi, Piquet et Senna, qui sont devenus autant de porte-paroles auriverdes sur les circuits d’Europe, des Amériques et d’Asie. La ferveur et la folie dans les tribunes des circuits d’Interlagos ou Jacarepaguá atteint des sommets parfois comparables à ceux vécus dans les grands stades de foot. Pour en connaitre d’avantage, consultez notre page sur l’histoire de la formule 1 au Brésil .

Guga le bien-aimé

L’histoire du tennis au Brésil est typique de ce que ce peuple peut développer en matière d’amour passionnel dès lors que des personnages de qualité lui apportent un bonheur qu’il décide de goûter sans retenue.
Pendant très longtemps, ce sport pratiqué par les élites et la classe moyenne n’eut pas les faveurs populaires, loin s’en faut. Quelques champions comme Kirmayr, Motta ou Mattar tentèrent de se frayer un chemin hasardeux dans le gotha mondial de la petite balle jaune, mais sans grandes retombées médiatiques. Puis arriva le gamin éclaté de Florianopolis à la fin des années quatre-vingt-dix.
Grâce à ses victoires internationales, et surtout son triple sacre à Roland Garros dans la lointaine France, Gustavo Kuerten amena à lui seul tout un peuple à le suivre dans cette discipline méconnue du grand public, un peu comme l’avait fait bien avant lui Emerson Fittipaldi en Formule 1. En plus de ses succès, « Guga » avait pour lui d’être un garçon éminemment sympathique, cool et généreux. Tout ce qu’il fallait en somme pour attirer à soi les suffrages des Brésiliens !

Actu Sport, découvrez l’actualité sportive du Brésil

Parce que le sport c’est toute l’année au brésil retrouvez aussi notre rubrique actu’sportive!

 

Contactez-nous par téléphone au 09 70 40 77 86 !
(coût d’un appel local)
Vous préférez nous contacter par mail : contact@brazil-selection.com
Mentions légales

Avenida Santos Dumont, 304 (salas 806 & 807) - 60.150-160 - Centro - Fortaleza

logo association Brésilienne des agences de voyages                                                                                                logo Embratur

Menu