La danse qui libère les esclaves

Par Léa Schoeny      .      7 août 2017

 

 

Au-delà d’une danse, un véritable art martial

Pratiquée aujourd’hui comme un sport ludique, la capoeira a tout d’abord été créée dans une perspective de défense/d’échappatoire. Cet art martial tire ses racines des méthodes de combat et de danse africaine pratiquées par les esclaves noirs. Venus principalement d’Angola et du Congo, ces derniers ont été contraints de partir au Brésil lors de sa colonisation par les Portugais au 16ème siècle.

Représentation esclaves dansant la capoeira

Au rythme des percussions aux sonorités afro-brésiliennes, les hommes se déplacent, apprennent des techniques de frappe et d’esquive sous le regard méfiant de leurs surveillants. Percevant d’un mauvais œil ces entrainements, ils interdisent rapidement la pratique de cette technique de combat. Les esclaves tentent alors de déguiser leurs entrainements à travers une danse rythmée au son des berimbau – instruments traditionnels – et des chants.

Au cours de l’histoire du Brésil, la capoeira a longtemps été mal vue par l’autorité, considérée même comme un délit. Cet art martial sera pourtant toujours pratiqué en cachette, jusqu’au début du 20ème siècle où il se démocratisera et trouvera même sa place au sein de la culture brésilienne. C’est notamment grâce à Mestre Bimba – Manuel dos Reis Machado – que la capoeira deviendra une des activités sportives les plus pratiquées au Brésil. En 1930 il fonde la première école de capoeira à Salvador de Bahia et transforme alors ce sport de rue, perçu comme une pratique de bandits, en un véritable art soumis à des codes d’apprentissage.

 

Une danse autour de laquelle les brésiliens se retrouvent aujourd’hui pour faire la fête

Au cours d’une balade dans les rues du Brésil, on est attiré au loin par un son de percussions accompagnant des chants portugais. On s’approche alors pour apercevoir un groupe d’hommes et de femmes formant un cercle et se balançant de gauche à droite au rythme de la musique. Au centre, deux d’entre eux s’affrontent sans jamais se toucher. La grâce et la souplesse dont les combattants font preuve cachent toute la technicité exigée pour la pratique de la capoeira. On ne peut que s’imaginer l’impact que pourraient avoir l’un des mouvements s’il venait à percuter l’adversaire. Danseurs de capoeira dans la rueEt c’est justement parce qu’il n’y a pas de contact, que tous les niveaux peuvent s’affronter sans risque.

Après quelques minutes de lutte, l’un des adversaires laisse place au centre de la roda – ronde en portugais – à un nouveau challenger, et c’est ainsi que s’enchainent de nombreux combats sans violence sur la cadence des musiciens autour.

Observer cette parade, c’est s’imprégner de la culture brésilienne : toute la richesse de son Histoire, ainsi que la générosité de sa population y sont présentes. Chacun est invité à entrer dans la danse, à fredonner les chants en portugais ou plus simplement à partager une caïpirinha !

Articles récents

La « Fórmula Um »

L’autre passion d’un peuple prêt à vibrer le 13 novembre sur le circuit d’Interlagos, aux portes de São Paulo.

A côté de l’indétrônable football, la Formule 1 a toujours tenu une place à part dans le cœur des supporteurs brésiliens. Les grands champions du passé n’ont certes pas été remplacés, mais la ferveur reste intacte dans les tribunes et gradins d’Interlagos le week-end du Grand Prix du Brésil. Retour sur l’histoire de ce circuit à travers l’histoire de ce haut lieu du Brésil sportif.

Par Pierre Ménard

Le circuit Interlagos, une étape unique du championnat du monde de F1!

     Le Brésil est depuis longtemps une terre propice à la pratique des sports mécaniques, et le circuit d’Interlagos, aux portes de Saõ Paulo, en est son temple, au même titre que celui de Monza en Italie. Si sa construction remonte à la toute fin des années trente, ce n’est qu’au début des années soixante-dix que les choses sérieuses vont débuter et que la fièvre va grimper de plusieurs degrés.

Interlagos, le circuit F1 née de l’engouement d’une nation derrière un pilote

     L’avènement du jeune Emerson Fittipaldi en Formule 1 va amener les autorités des sports mécaniques du Brésil à organiser dès 1973 le premier Grand Prix officiel du Brésil sur cette piste d’Interlagos. Les victoires de « Emmo » dans la fournaise de sa ville natale furent autant de célébrations populaires du nouveau roi du sport brésilien. L’ambiance festive des batucadas importées des stades de foot scella pour toujours la marque unique des Grands Prix au Brésil.

     Pour des raisons de vétusté, Interlagos fut remplacé dans les années quatre-vingt par le circuit de Rio-Jacarepagua, plus moderne, mais moins festif. La greffe de Rio ne prit vraiment jamais malgré la présence sur la grille du nouveau champion Nelson Piquet – un « carioca » pourtant. Pour le plus grand bonheur des fans, le Grand Prix reprit ses quartiers sur le circuit pauliste rénové et transformé au tout début des années quatre-vingt-dix.
L’ambiance festive y retrouva ses extrasystoles d’antan, et elle devint carrément hystérique lorsque l’enfant du pays, l’éternel Ayrton Senna, y triompha à deux reprises.

Interlagos 2016, une édition symbolique qui marque la fin d’un cycle F1 au Brésil

     Depuis la mort cruelle de ce dernier en 1994, un peuple se sent un peu orphelin, ses héros n’ayant pas vraiment été remplacés. Assister à une course à Interlagos reste malgré tout une expérience unique tant la ferveur et l’implication du public surchauffé sont exceptionnelles. Et en ce 13 novembre 2016, cette ferveur risque d’être décuplée : le dernier représentant auriverde en Formule 1, Felipe Massa, disputera là son dernier Grand Prix du Brésil, avant que de se retirer définitivement à la fin de l’année, laissant la grille de 2017 vide de tout représentant brésilien de premier plan. Une première depuis 1970 ! Et une excellente occasion de se procurer un billet pour les gradins chauds bouillants de ce fameux circuit « entre les lacs » !

Actualisation: Après une course épique remporté par Lewis Hamilton, sous une pluie battante, partagez un peu de l’expérience de ces as du volants avec une sélection de vidéos époustouflantes des caméras embarquées à bord des bolides! http://fr.motorsport.com/f1/news/video-revivez-le-grand-prix-du-bresil-par-les-cameras-embarquees-852620/

 

Contactez-nous par téléphone au 09 70 40 77 86 !
(coût d’un appel local)
Vous préférez nous contacter par mail : contact@brazil-selection.com
Mentions légales

Avenida Santos Dumont, 304 (salas 806 & 807) - 60.150-160 - Centro - Fortaleza

logo association Brésilienne des agences de voyages                                                                                                logo Embratur

Menu